Site Overlay

La réalité au volant du Combi électrique Volkswagen (Essai ID Buzz)

Le Volkswagen Combi fait partie de ces “légendes roulantes”, ce tank increvable, reflet d’une époque d’insouciance. Après 63 ans de production, il tirait sa révérence en 2013. Sa côte a beaucoup augmenté depuis, devenant même, pour certains surfeurs et certains adeptes du courant hippie, un partenaire de route à prix d’or.

Près de dix ans après son abandon, Volkswagen a décidé de renouveler le mythe avec un nouveau modèle qui s’appelle désormais ID Buzz. Une volonté que la marque avait depuis longtemps disait-elle (pas étonnant, en vue de la popularité de l’auto), mais à laquelle “il fallait attendre l’arrivée de la plateforme MEB”, expliquait l’un des chefs produit.

Derrière ce sigle, la plateforme modulaire de la gamme 100 % électrique de Volkswagen. Constituée des ID3, ID4 et ID5, elle s’ouvre aujourd’hui à un autre segment, qui s’apparente à celui des vans ou des monospaces (nous y reviendrons plus tard dans cet essai). Étiré à son maximum, le châssis suggère donc que le remplaçant du Combi sera 100 % électrique. Et c’est effectivement le cas.

Volkswagen ID Buzz face avant

Plusieurs coloris sont disponibles, mais Volkswagen ne propose pas ses teintes bicolores de série © Presse-citron

Ce fut même la condition sine qua non à la sortie du modèle. ID Buzz puise ses lignes dans celles du célèbre van des années 60, mais n’en est pas moins dans son temps, avec des batteries sous le plancher, des ports USB-C un peu partout, et un habitacle identique à celui du reste de la gamme électrique. Que faut-il savoir de plus ? Partons ensemble à bord de cet ID Buzz pour en découvrir davantage à son sujet.

ID Buzz : van ou monospace ?

Pour en dessiner ses lignes, le nouvel ID Buzz se devait d’être électrique. L’explication tient dans la disposition de la mécanique. Le moteur placé sur l’essieu arrière a libéré de la place à l’avant. Propre aux modèles électriques, les roues directrices braquent davantage et l’absence de radiateur, indispensable sur une voiture thermique, a permis aux designers du nouveau Combi électrique de proposer un avant très vertical.

Volkswagen ID Buzz taille

Le nouveau Combi électrique de Volkswagen fait 4,7 mètres de long © Presse-citron

En résulte ce gabarit, très cubique, mais aux lignes tout en rondeur, qui lors de notre essai a démontré un capital sympathie particulièrement important. Tout le monde se retourne sur le nouvel ID Buzz. Le succès est au rendez-vous. Beaucoup remerciaient Volkswagen d’avoir réussi à rester fidèle au concept car original de 2017, et réussi à rendre hommage aux lignes des Combi T1 et T2 d’époque.

Mais alors, s’agit-il d’un van ou d’un monospace ? À l’origine, le T1 fut lancé comme une fourgonnette. Aujourd’hui encore, le nouvel ID Buzz ressemble par son design et ses proportions à un petit fourgon. Profitons-en pour préciser qu’une version utilitaire du véhicule est aussi disponible pour les professionnels. Le nouveau Combi électrique fait 4,7 mètres de long, ce qui n’est pas particulièrement grand non plus, mais tout de même 2,2 mètres de large, et 1,9 mètre de haut (attention la tête dans les parkings souterrains).

L’habitacle nous donne un peu plus de précisions sur la raison d’être de l’ID Buzz et ses usages. Sans surprise, nous retrouvons la plupart des pièces partagées avec les ID3, ID4 et ID5. Pour son prix, on peut se poser des questions. Mais Volkswagen arrive tout de même avec une pièce en imitation bois particulièrement bien faite sur la planche de bord pour oublier le reste en plastique dur. Peu de rangements sont disponibles au final, alors que l’habitacle est particulièrement pensé de sorte à être plus fonctionnel que confortable.

Habitacle Volkswagen ID Buzz

L’habitacle du nouvel ID Buzz © Presse-citron

Nous ne sommes donc pas à bord d’un SUV cossu et enveloppant, mais plutôt dans un monospace. L’espace est conséquent. Il est possible de choisir une configuration avec trois places à l’avant fin 2023. La visibilité est excellente, pour conduire comme pour admirer le paysage, même si Volkswagen n’a pas pu proposer de ciel de toit vitré sur son modèle (là où il aurait été le plus pertinent de le trouver sur un véhicule). Petit bémol en revanche du côté de la rétrovision, nous aurions aimé des rétroviseurs un peu plus gros. D’ailleurs, la caméra de recul est en option… Le coffre, au minimum, propose 1 121 litres. Il s’ouvre à plus de 2 200 litres une fois les sièges arrières rabattus (mais ne comptez pas pouvoir les enlever).

Volkswagen ID Buzz coffre

Le coffre de la Volkswagen ID Buzz, en position standard (minimum 1121 litres). Malheureusement, la banquette arrière n’est pas escamotable. © Presse-citron

On appréciera grandement l’emplacement des prises en USB-C, dans chaque portière. Au total, il y en a 8 en plus des autres prises. Si vous avez l’habitude d’utiliser votre smartphone pour la navigation, cela dit, vous ne pourrez pas profiter de la recharge sans fil positionnée dans une petite fente de rangement située à la droite du volant. Maintenant, Volkswagen a eu l’intelligence d’ajouter une prise de courant au niveau du compartiment pour le rétroviseur interne, afin de pouvoir y brancher une dash cam.

Habitacle Volkswagen ID Buzz photos

À bord, les fenêtres offrent une visibilité excellente, à l’avant comme à l’arrière. Mais comme vous pouvez le voir, la Volkswagen ID Buzz n’est pas pensé pour être une voiture très routière. Les assises sont très verticales © Presse-citron

Les équipements sur la planche de bord ne diffèrent pas des autres modèles de la gamme électrique de Volkswagen. Nous retrouvons alors le même écran d’infodivertissement, avec son système de navigation particulièrement précis. Plutôt qu’un système de vision tête haute, Volkswagen opte pour un petit combiné placé derrière le volant avec les informations les plus importantes pour la conduite. Ce parti pris minimaliste, d’un point de vue ergonomie, est excellent.

Volkswagen ID Buzz conduite

L’habitacle de la Volkswagen ID Buzz reprend tous les équipements présents sur le reste de la gamme électrique (ID3, ID4, ID5) © Presse-citron

Le frein de l’autonomie

Volkswagen a équipé le nouvel ID Buzz du système de batterie le plus puissant de la marque, à savoir 77 kWh. Il n’est pas le module le plus puissant du groupe, mais seule Audi se réserve l’usage du bloc de 95 kWh signé LG Chem (86,5 kWh exploités). Peut-être qu’il n’en fallait pas plus après tout, alors que la voiture fait déjà 2,5 tonnes. Mais comme vous allez pouvoir le voir avec nos estimations, les pauses seront fréquentes lors des voyages à bord du Volkswagen ID Buzz.

Lire  Top 30 des meilleures alarmes connectées en 2022

Le nouveau Combi électrique dispose effectivement d’une autonomie limitée, qui pourrait s’avérer être un frein pour les clients cherchant à pouvoir au moins rouler sur 400 kilomètres. Lors de notre essai, nous avons constaté qu’il était possible d’effectuer aux alentours de 350 kilomètres sur autoroute seulement – et avec une météo plus que clémente. Il faudra rester en ville pour aller chercher les 400 kilomètres. Et en hiver, il faudra certainement compter sur une autonomie maximale de 350 kilomètres seulement.

La recharge rapide admet une puissance maximale de 170 kW. À cette puissance, il sera possible de récupérer 200 kilomètres en l’espace de 10 minutes. Et il nécessitera 30 minutes pour passer de 5 à 80 % de charge. Le Volkswagen ID Buzz fait mieux que le reste de la gamme électrique de Volkswagen, alors que l’ID5 se limite à 135 kW (150 kW en version GTX). Sinon, sur une prise AC de 11 kW, il faudra 7h30 pour recharger au complet l’ID Buzz, de 0 à 100%.

Avis Volkswagen ID Buzz arriere

© Presse-citron

Pensé pour pouvoir un jour s’équiper de technologies de conduite 100 % autonome, le nouvel ID Buzz reprend aujourd’hui le mode de conduite semi-autonome Travel Assist, avec son ensemble de fonctionnalités de sécurité active présent dans la gamme électrique Volkswagen. On note toujours la présence du mode au maintien dans la voie qui vient se faire épauler d’une assistance au changement de voie que l’on peut actionner via le clignotant. Le mode Park Assist est aussi de la partie avec sa fonction mémoire pour enregistrer 5 stationnements. Ces équipements ne sont disponibles qu’en option cela dit.

Lire  Comment investir dans les cryptos monnaies ?

Sur la route en Combi électrique

À rêver comme un van, à vivre comme un monospace… le nouvel ID Buzz est à conduire comme une berline. Il partage les agréments de conduite des voitures électriques en général, là où en vue de son gabarit et de son poids, les choses auraient pu être bien plus compliquées.

Le roulis est presque inexistant, la voiture se comporte particulièrement bien en courbe grâce à son centre de gravité bas. La direction est un bon compromis entre précision et confort. Le freinage, une fois que l’on se familiarise avec le mode régénératif des batteries, est suffisamment puissant. Tout cela ne serait rien sans la capacité de braquage, de seulement 11 mètres de rayon, qui s’apparente à celui d’une berline compacte. Honorable.

Volkswagen ID Buzz carrosserie

Point fort, le nouvel ID Buzz braque aussi bien qu’une Golf © Presse-citron

Les relances sont très bonnes jusqu’à 80 km/h avec le bloc combinant l’équivalent de 204 chevaux. La voiture n’est pas un foudre de guerre, ne surprendra pas ses passagers ni sont conducteur avec les radars, mais s’avère largement suffisante pour s’insérer dans le trafic et emprunter des routes vallonnées. Comme quoi, ce même moteur qui équipe les ID5 et les Audi Q4 e-tron notamment est particulièrement efficace, quel que soit le gabarit.

Côté passagers, notamment à l’arrière, la sensation d’être dans une berline prime sur celle d’être dans un monospace. Les sièges sont pratiquement au même niveau qu’à l’avant et on peut avoir un peu de mal à voir la route. Mais les larges fenêtres nous font tout oublier. Il est si agréable de suivre le paysage ainsi, plutôt qu’à travers d’étroites fenêtres, dont le design des SUV a l’habitude de venir grappiller de la surface (pour rehausser le design et rendre le tout plus dynamique).

Lire  date de lancement, prix de l'abonnement et jeux

La voiture est étonnement bien isolée, malgré ses roues de 21 pouces (sur notre modèle d’essai) et la surface vitrée imposante. Avec cet habitacle surélevé, on s’imagine dans un “vrai” SUV haut sur pattes. La position de conduite est bonne, mais les assises ne sont pas forcément très enveloppantes et les pauses lors d’un long voyage seront nécessaires pour se dégourdir. On aurait aimé un peu plus de maintien et surtout de mou sur les sièges. D’ailleurs, l’amortissement est assez ferme et les aspérités de la route ne sont pas vraiment gommées.

Avis Volkswagen ID Buzz essai

Après l’essai du Volkswagen ID Buzz, quel avis ? Quel verdict ? © Presse-citron

Notre avis après l’essai du Volkwagen ID Buzz

Notre avis sur le Volkswagen ID Buzz serait tout autre si le Combi électrique avait trouvé de quoi tenir plus de 400 kilomètres, soigner certaines pièces dans l’habitacle et proposer plus d’espaces de rangement. Plaisant à conduire, au capital sympathie indéniable, le nouveau Combi électrique se cherche davantage dans l’habitacle. Épuré, il n’en est pas pour autant fonctionnel et nous aurions peut-être aimé trouver un espace de rangement au niveau du ciel de toit par exemple. Au dessin premium, ses matériaux dénotent. Les tablettes à l’arrière ont l’air particulièrement fragiles, tout comme la trappe de rangement à l’avant, sous la console centrale.

Pour la musique, pas de quoi satisfaire les mélomanes non plus. Le Volkswagen ID Buzz est grand et malgré son insonorisation, la sono ne suit pas, malgré ses 9 haut-parleurs. On continuera de saluer l’ingéniosité du placement des prises pour recharger ses appareils, et les possibilités multiples pour moduler l’espace à sa guise (deux ou trois sièges à l’avant). Cela dit, si vous souhaitez 7 places, Volkswagen compte sur vous pour être patient. Même chose pour les versions équipées comme un van, pour pouvoir y mettre un lit et l’ensemble des rangements possibles. Le calendrier ne prévoit rien avant 2024.

À l’heure où l’électrique n’est pas encore une solution suffisamment efficace pour s’aventurer loin, et que les bornes de recharge rapides se limitent encore trop aux grands axes, choisir de lancer un van électrique est un vrai pari. Pour élargir son public, l’ID Buzz a bien fait d’aller ratisser du côté du marché des monospaces. Le segment des familiales, laissé de côté ces dernières années au profit des SUV, réussi à Volkswagen qui arrive à proposer une voiture au look sympa.

Volkswagen ID Buzz van

Un Volkswagen ID Buzz qu’il faudra bien essayer avant d’acheter © Presse-citron

Les prix du Volkswagen ID Buzz en France

Avec l’arrivée de l’électrique, les monospaces sont plus adroits, plus stylés. Mais l’impact tarifaire est conséquent. Pour un véhicule familial ou pour vivre la van life, ne comptez pas moins de 55 990 euros, bonus ajouté. Le nouveau Volkswagen ID Buzz sera commercialisé le 21 novembre prochain à partir de 56 990 euros TTC. Une seule version est disponible, celle avec ses 204 chevaux, sa batterie de 77 kW, en version 5 places. Les équipements additionnels se retrouvent dans le catalogue d’options.

Si beaucoup d’équipements de série sont disponibles de série, la plupart des éléments qui font l’ID Buzz ne sont accessibles qu’en option. Pour choisir l’une des carrosseries bicolores spécifiques au modèle, comme vert laurier, l’orange energetic, le jaune lime ou encore le bleu starlight, il faudra débourser 1 790 euros de plus. Travel Assist et Park Assist sont aussi des options onéreuses, à plus de 2 170 euros.

Enfin, pour la recharge, Volkswagen propose toujours aux clients de souscrire à sa carte We Charge, à 12,99 euros par mois. Celle-ci permet de bénéficier des tarifs préférentiels sur le réseau Ionity notamment. Chaque kWh est ainsi facturé 0,35 euro au lieu des 0,79 euro qu’il en coûte pour les non-abonnés. Un engagement de 12 mois est nécessaire pour y souscrire.

Volkswagen ID Buzz

56 990 €

Avis Volkswagen ID Buzz essai

 

Technologies embarquées

8.5/10

On aime

  • Le retour des monospaces stylés
  • À conduire comme une berline
  • Recharge ultra-rapide
  • La van life en électrique

On aime moins

  • Qualité des matériaux dans l’habitacle
  • Peu d’espaces de rangement
  • Autonomie limitée
  • Prix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *