Site Overlay

lequel est le roi de la photo ?

On le sait bien, aujourd’hui, la plupart des téléphones sont capables de prendre de belles photos. Maintenant, il y en a quand même qui se distinguent du lot. L’iPhone 14 Pro et le Pixel 7 Pro en font clairement partie. Et comme leurs prédécesseurs avant eux, ils font clairement partie des meilleurs photophones du marché. Il nous semblait donc intéressant de les opposer sur ce terrain.

Tout comme le Pixel 7 et l’iPhone 14 Plus, ces deux appareils vont donc avoir droit à leur comparatif photo. Un comparatif qui va opposer leurs focales, bien sûr, mais aussi leurs modes de prise de vue les plus populaires. Avec à chaque fois le même process appliqué. Toutes les photos que vous allez découvrir dans cette vidéo ont en effet été prises à main levée, et quasiment en même temps. 

Où acheter l’iPhone 14 Pro au meilleur prix ?

L’iPhone 14 Pro et l’iPhone 14 Pro Max sont disponibles chez de nombreux revendeurs, mais voici les meilleures affaires du moment.

iPhone 14 Pro 128 Go au meilleur prixPrix de base : 1 329 €

Voir plus d’offres

iPhone 14 Pro Max 128 Go au meilleur prixPrix de base : 1 479 €

Voir plus d’offres

Où acheter le Pixel 7 Pro au meilleur prix ?

Le Pixel 7 Pro a retenu votre attention ? Voici les boutiques qui le proposent au meilleur prix.

Google Pixel 7 Pro 128 Go au meilleur prixPrix de base : 899 €

Voir plus d’offres

Un petit point technique pour commencer

Mais avant de poursuivre, on va quand même prendre le temps de lister ce que proposent les deux téléphones sur le terrain de la photo.

Le Pixel 7 Pro est équipé de trois capteurs à l’arrière. Le premier atteint les 50 millions de pixels et il bénéficie de gros photosites, mais aussi de la technologie Octa PD, avec en prime un capteur LDAF, un capteur spectral et un grand angle ouvrant à f/1.85. Un grand angle qui bénéficie d’une stabilisation optique et électronique. Le deuxième capteur ne dépasse pas les 12 millions de pixels et il est accompagné d’un ultra grand angle qui ouvre à f/2.2 et qui est équipé d’un autofocus, avec en prime une correction de l’objectif. Le troisième capteur monte enfin à 48 millions de pixels, avec un téléobjectif périscopique ouvrant à f/3.5 et offrant un zoom optique 5x. Le zoom numérique monte au 30x.

L’iPhone 14 Pro propose trois capteurs lui aussi. Le premier est stabilisé mécaniquement et il monte à 48 millions de pixels, avec un grand angle ouvrant à f/1.78 et un zeste de Focus Pixel. Les deux autres capteurs ne dépassent pas les 12 millions de pixels. D’un côté, on va trouver un ultra grand angle ouvrant à f/2.2 et de l’autre un téléobjectif ouvrant à f/2.8 et proposant un zoom optique 3x. Le Focus Pixel est aussi présent sur ces deux focales. En prime, l’iPhone embarque toutes les technologies habituelles comme le Photonic Engine, le Deep Fusion et le Smart HDR4. 

L’offre est solide des deux côtés, avec une très belle flexibilité au programme. Mais qu’en est-il sur le terrain ?

L’ultra grand angle

Le Pixel 7 Pro et l’iPhone 14 Pro sont assez proches l’un de l’autre sur l’ultra grand angle. Ils partagent la même définition, mais l’iPhone hérite d’une optique un peu plus lumineuse. Je m’attendais donc à ce qu’il prenne l’avantage en basse luminosité.

En pleine lumière, les deux appareils présentent beaucoup de différences. Sur cette image, par exemple, le Pixel 7 Pro affiche clairement la meilleure dynamique. Il a réussi à récupérer beaucoup d’informations sur les hautes lumières dans le ciel alors que l’iPhone a très vite brûlé les blancs. Le téléphone de Google affiche aussi plus d’informations sur les arbres dans le fond. Les feuillages sont plus détaillés.

En zoomant sur le premier plan, on réalise cependant que l’iPhone a une légère longueur d’avance en termes de piqué. Les trèfles et les feuilles sont plus détaillés côté Apple et on peut même voir des gouttes d’eau perler sur les feuilles.

Histoire de pousser les deux appareils dans leurs derniers retranchements, j’ai shooté cette photo à contre-jour. Et là encore, le Pixel 7 Pro affiche la meilleure dynamique. La photo est exposée de manière homogène et le téléphone a pu récupérer pas mal de détails sur la scène. Les arbres, l’herbe, le ciel sont clairement mieux restitués sur le téléphone de Google.

Une impression confirmée par un examen attentif. Le Pixel 7 Pro s’en est mieux sorti grâce à sa très bonne dynamique et, on l’imagine aussi, grâce au traitement logiciel de Google. En revanche, on remarque que le piqué est moins marqué que sur la photo prise en pleine journée. On sent clairement que cette scène a donné du fil à retordre au téléphone.

En soirée, c’est un peu deux salles, deux ambiances. L’iPhone tire pas mal sur le jaune et le Pixel offre le rendu le plus naturel. Il arrive en effet mieux à retranscrire l’ambiance nocturne. Il a aussi une longueur d’avance sur les flares, comme on peut le voir avec les éclairages de la boutique située sur la droite ou même avec les lampadaires au loin.

Quand on regarde plus en détail l’image, on constate que les deux téléphones sont au coude à coude au niveau du piqué. Cela étant, le Pixel 7 Pro affiche une image plus lisse, et il passe du coup à côté de certains éléments comme le mur du restaurant situé un peu plus loin sur la promenade.

De nuit, c’est une fois encore le Pixel 7 Pro qui affiche la meilleure dynamique. L’arbre situé dans le fond est bien plus détaillé côté Google et le Pixel a même réussi à récupérer des éléments qui sont totalement absents de la photo prise à l’iPhone. Il est aussi moins sujet à l’éblouissement.

En étudiant les clichés, on réalise que les deux téléphones n’ont pas pris le problème sous le même angle. Le Pixel 7 Pro a davantage lissé la scène. L’iPhone affiche plus de bruit, mais il est aussi plus précis. Les contours du cheval de l’affiche sont mieux restitués, de même pour la texture du tronc de l’arbre. En revanche, beaucoup d’artefacts sont aussi présents.

BILAN

Ici, les deux téléphones sont assez difficiles à départager. Le Pixel 7 Pro a clairement une meilleure dynamique, mais il est moins précis que l’iPhone.

Maintenant, pour un usage courant, je préfère personnellement le rendu du Pixel. Il restitue mieux l’ambiance nocturne et il est plus à l’aise quand les conditions lumineuses deviennent compliquées.

Le grand angle

Encore une fois, le Pixel 7 Pro et l’iPhone 14 Pro ont une offre assez similaire sur le grand angle. Du moins en termes de définition. L’iPhone a pour avantage sa stabilisation mécanique. Mais est-ce que cela fera une différence sur le terrain ?

De jour, on s’en prend plein les yeux des deux côtés, mais on constate que l’iPhone produit une image plus lumineuse. Le Pixel se montre plus neutre.

Plus neutre, mais aussi plus précis. Le téléphone de Google a réussi à correctement restituer les brins d’herbe et les feuilles présents au pied des arbres. L’iPhone affiche un rendu plus lissé, et donc aussi plus imprécis. Un constat qui vaut également pour les branches de l’arbre.

Cette photo a été prise avec un léger contrejour. Le soleil était en train de se coucher au loin, et je n’avais pas de lumière derrière moi. Premier constat, l’iPhone tire davantage sur les teintes chaudes, mais le rendu n’est pas désagréable. Les deux téléphones affichent un niveau de détails similaires, mais le rendu du Pixel 7 se rapproche davantage de la scène originale.

En réalité, l’iPhone s’en est un peu mieux sorti sur cette scène. Les textures sont plus précises. L’eau, par exemple, est mieux restituée sur le téléphone d’Apple, le Pixel 7 Pro n’affiche pour sa part qu’une bouillie de pixels. Même chose pour le voilier présent dans le fond.

En soirée, l’iPhone a une fois encore tendance à tirer sur les teintes orangées. Le Pixel se montre plus neutre, plus mesuré et il parvient finalement à mieux restituer l’ambiance nocturne. Dans les deux cas, on ne peut qu’être impressionné par le niveau de détails des deux appareils.

Un examen attentif nous apprend d’ailleurs que le Pixel affiche le meilleur piqué. Les inscriptions sur les bateaux sont plus nettes côté Google. Plus nets, et plus lisibles. Cela vaut également pour les noms des boutiques situées sous L’Amiral. On constate également que l’iPhone a produit une image un peu plus bruitée, avec davantage d’artefacts.

De nuit, les différences sont plus flagrantes. Le Pixel a réussi à récupérer davantage d’informations dans les ombres. La voiture est mieux détaillée, de même pour l’arbre situé à droite. 

Lire  La réalité au volant du Combi électrique Volkswagen (Essai ID Buzz)

Le téléphone de Google affiche aussi plus de détails au niveau du revêtement de la route ou encore de la plaque d’égout. La boutique au fond est en revanche plus précise côté iPhone. Il faut d’ailleurs préciser que la mise au point a été faite sur les deux téléphones au niveau de la voiture. Il semblerait cependant que l’iPhone ait étendu la zone nette par rapport au Pixel.

BILAN

En pleine journée, l’iPhone affiche une image plus lumineuse, mais aussi moins détaillée. Alors que c’est exactement l’inverse en situation de contrejour. L’avantage revient ensuite au Pixel lorsque la lumière baisse drastiquement.

Ici, donc, les deux téléphones sont plus difficiles à départager. Chacun a ses forces, et ses faiblesses. Globalement, je trouve le rendu de l’iPhone un peu plus flatteur en pleine journée, mais je préfère le Pixel 7 Pro pour les photos prises en basse luminosité.

Les zooms optiques et numériques

Le Pixel 7 Pro et l’iPhone 14 Pro proposent tous les deux un zoom x2 réalisé à partir de leurs autres capteurs. Ensuite, le Pixel prend l’avantage avec un zoom optique x5 et un grossissement numérique atteignant les x30. L’iPhone reste plus mesuré avec un zoom optique x3 et un grossissement numérique en x15. J’ai tout de même décidé d’opposer les deux téléphones sur ce terrain afin de savoir lequel propose la meilleure qualité. 

Et bien sûr, pour le niveau de grossissement, on sait déjà que c’est le Pixel qui l’emporte.

Le mode x2

En pleine journée, le Pixel 7 Pro affiche une image plus contrastée. Plus contrastée, mais correspondant aussi mieux à la réalité.

Globalement, on constate qu’il se montre aussi plus précis. Les feuillages dans le fond sont plus détaillés sur le Pixel. L’iPhone, de son côté, s’est montré assez imprécis et c’est la même chose pour la texture de l’herbe.

En soirée, l’iPhone tire une nouvelle fois sur le jaune et le orange, comme si sa balance des blancs s’était emmêlé les pinceaux. L’ambiance nocturne est une fois de plus mieux restituée sur le Pixel 7. Une preuve que le traitement logiciel de Google est un peu plus au point sur cette thématique précise.

Sans surprise, un examen des images nous apprend que le Pixel est nettement plus précis que son camarade. Les textures, les contours, tout est mieux détaillé côté Google.

De nuit, le constat est le même qu’en soirée. Le Pixel a réussi à mieux restituer l’ambiance nocturne. Les couleurs sont plus neutres. Il a aussi mieux géré la montée en sensibilité. Et s’il offre un rendu plus lissé, il se montre aussi plus précis. 

Le meilleur exemple reste celui du store présent sur le bâtiment, vers la gauche. Il est plus détaillé sur le petit téléphone de Google.

Le mode x3 et x5

Sur le zoom optique, l’iPhone 14 Pro et le Pixel 7 Pro sont une nouvelle fois au coude à coude. Certes, le téléphone de Google a pour avantage son niveau de zoom, mais la qualité des clichés reste homogène d’un appareil à l’autre. Les images sont piquées et les deux téléphones arrivent à récupérer pas mal de détails dans les ombres et les hautes lumières.

L’iPhone 14 Pro est cependant un cran au-dessus au niveau du piqué. La texture du tronc de l’arbre est plus précise côté Apple. De même pour l’herbe et les feuilles au sol.

De nuit, c’est un peu deux salles, deux ambiances. L’iPhone 14 Pro perd énormément en précision. Le rendu est plus lisse. Le Pixel 7 Pro produit des images plus bruitées, mais aussi plus détaillées. Les textures sont globalement mieux restituées et un simple zoom dans l’image confirme cet état de fait.

Le mode x10

Curieusement, en 10x, les deux téléphones restent très convaincants en pleine journée. L’iPhone est même un peu au-dessus de son concurrent. Le téléphone de Google produit des images un peu plus floues. Les textures sont aussi plus imprécises. J’ai cru au départ que la mise au point avait été mal faite sur cette image, mais la tendance se répète sur toutes les photos que j’ai pu prendre sur le terrain.

Le constat est le même dans une pièce plongée dans le noir. Le Pixel 7 Pro a tendance à beaucoup lisser les photos, contrairement à l’iPhone qui va chercher les détails. Alors bien sûr, il y a plus d’artefacts sur les images de l’iPhone, mais elles sont tout de même un cran au-dessus de celles du téléphone de Google.

Les modes x15 et x30

Au niveau de zoom maximum, et donc en 15x pour l’iPhone et en 30x pour le Pixel, le téléphone de Google reste une fois de plus au-dessus de son concurrent. L’image est plus précise, que ce soit au niveau des contours ou des textures. Un résultat encore une fois très surprenant. Je m’attendais en effet au résultat inverse. Le Pixel 7 Pro a vraiment tendance à trop lisser les images, ce qui se traduit par une perte de qualité.

Histoire de mieux comparer les deux téléphones, j’ai aussi pas mal shooté en basse luminosité, avec un niveau de grossissement égal des deux côtés. Et une fois encore, c’est l’iPhone qui s’en est sorti le mieux. La différence est flagrante. Si le téléphone d’Apple produit des images plus bruitées, ses photos sont aussi plus précises. Sur le Pixel, le rendu est assez flou.

BILAN :

Si le Pixel 7 Pro a pour avantage son niveau de grossissement, il est clairement en dessous de son concurrent au niveau de la qualité générale des clichés.

Un résultat qui surprend, mais s’explique sans doute par  l’ouverture de son optique. L’iPhone est un peu plus lumineux, et il n’a donc pas besoin de monter aussi haut dans les vitesses. Le temps d’exposition est du même coup plus court, ce qui limite le risque de flou de bougé.

Le mode Portrait

Les focales, c’est fait. Le moment est désormais venu de nous pencher sur les modes les plus populaires. Et on va bien entendu commencer par le mode portrait, qui est toujours un bon moyen d’opposer le traitement logiciel appliqué par les constructeurs.

De jour, il faut avouer que les deux téléphones envoient du lourd, et ce même avec des sujets peu coopératifs. Ici, Romy n’avait pas du tout envie de poser et elle n’arrêtait pas de bouger. 

Il y a cependant pas mal de différences. L’iPhone, pour commencer, propose un cadrage plus serré et ce alors même que j’étais bien en x1 des deux côtés. On remarque aussi que l’image est un peu plus lumineuse. Le Pixel, pour sa part, se montre plus neutre. Le flou n’a pas non plus été appliqué de la même manière par les deux téléphones. L’iPhone a choisi de découper le sujet tandis que le Pixel a conservé une partie nette au niveau de la pelouse.

Rien à dire en tout cas au niveau de la netteté. Dans les deux cas, le résultat est assez exceptionnel.

Ces photos ont été prises dans mon studio avec ma lumière habituelle. On ne reviendra pas sur la différence de cadrage. Encore une fois, l’iPhone est plus serré.

En tout cas, la qualité est là. On se prend une fois encore une belle gifle. L’iPhone et le Pixel ont réussi à récupérer beaucoup de détails sur la scène. Même les ports de ma peau sont visibles, de même pour la transpiration au niveau de mon front. La découpe est précise dans les deux cas, mais l’iPhone a opté pour un flou un peu plus naturel et la partie arrière de ma tête est entourée d’un beau bokeh. Le Pixel, lui, a opté pour une découpe un peu plus franche.

Le niveau de détail est assez fou en tout cas. En observant mon iris, on peut même deviner les téléphones montés sur leur trépied.

Pour cette photo, j’ai décidé de leur compliquer un peu la tâche et j’ai donc éteint ma lumière de studio. J’étais uniquement éclairé par le velux placé sur ma droite. Malgré tout, les téléphones ne se sont pas emmêlé les pinceaux. L’image est piquée, avec une colo assez naturelle et une découpe précise. Le niveau de grossissement avait été réglé sur le 2x, avec en prime le retardateur pour me laisser le temps de m’éloigner.

BILAN :

Le Pixel 7 Pro et l’iPhone 14 Pro sont assez difficiles à départager dans cet exercice. Dans les deux cas, ils se montrent redoutables et ils arrivent à obtenir des images tout bonnement saisissantes. Pour moi, ils sont sur un même pied d’égalité.

Lire  [#BonPlan] Les promos high-tech du 11 novembre

Le mode macro

Le Pixel 7 Pro et l’iPhone 14 Pro ont aussi en commun leur mode macro, un mode qui est malheureusement absent des iPhone 14 et Pixel 7. Et dans les deux cas, on a même droit à plusieurs niveaux de grossissement.

Le mode x1

En x1 et en extérieur, on s’en prend plein les yeux. Dans les deux cas, on obtient en effet des images avec un haut niveau de détail, et ce que ce soit dans les ombres ou dans les hautes lumières. L’iPhone produit comme à son habitude une image un peu plus chaude, mais dans les deux cas on en a pour notre argent.

Toutefois, l’iPhone 14 Pro est globalement plus précis que son camarade. Les contours sont mieux dessinés et le rendu des textures est clairement au-dessus.

En intérieur, les deux téléphones sont une fois encore capables de belles prouesses. Au premier coup d’oeil, le Pixel 7 Pro semble un poil au-dessus au niveau du piqué.

Le mode x2

En x2, la qualité ne baisse pas. En extérieur, on conserve un très bon piqué, même si les contours et les textures sont un peu moins précis. Le Pixel 7 Pro prend d’ailleurs l’avantage sur ce niveau de grossissement. L’iPhone a tendance à lisser un peu trop les sujets et il perd donc très vite en précision.

En intérieur, le Pixel conserve l’avantage. Il a un peu tendance à forcer les contrastes, c’est vrai, mais il offre le rendu le plus flatteur. L’iPhone affiche des photos trop lisses et on perd beaucoup en précision. Et forcément, pour de la macro, c’est problématique.

Le mode x3

En x3, les performances des deux téléphones s’écroulent. Même en pleine lumière. Les images sont trop floues côté iPhone et trop contrastées côté Pixel. A un point tel qu’elles en deviennent inexploitables. C’est d’ailleurs à se demander si Apple et Google ont vraiment eu raison de proposer un tel niveau de grossissement.

Sans surprise, c’est encore pire en intérieur. Le piqué chute drastiquement. Les contours sont moins précis, les textures bavent beaucoup. Cela étant, le Pixel 7 Pro s’en sort un peu mieux que son camarade. Le traitement logiciel de Google semble avoir été plus efficace.

BILAN :

La macro est toujours un exercice difficile. Et encore plus à main levée. Maintenant, toutes les photos que j’ai pu prendre affichent les mêmes différences d’un smartphone à l’autre. 

Pour moi donc, c’est quand même l’iPhone qui s’en sort le mieux. Enfin à partir du moment où l’on en reste au x1. Quand on va au-delà, le Pixel 7 Pro prend l’avantage, ce qui n’empêchera cependant pas ses photos d’être inexploitables.

Les selfies

Pour les selfies, le Pixel 7 Pro et l’iPhone 14 Pro ont une proposition assez différente. Le premier propose un capteur de 10,8 millions de pixels et une optique ouvrant à f/2.2, avec une mise au point fixe. L’iPhone 14 Pro monte à 12 millions de pixels, avec une optique ouvrant à f/1.9 et un autofocus. Et forcément, sur le terrain, on obtient des résultats assez différents.

En plein jour, le Pixel 7 Pro affiche une image plus contrastée et des couleurs plus neutres. L’iPhone tire toujours sur les teintes chaudes. Rien à dire au niveau de la mise au point, de la découpe ou du flou. Les deux téléphones sont précis et je n’ai pas noté d’erreurs durant mes tests.

Pas de différences flagrantes au niveau du piqué. Les deux téléphones font jeu égal. L’image est détaillée, avec des contours nets et des textures fidèles à la réalité.

Le soir, il y a clairement des différences de contrastes et de couleurs, mais les deux téléphones se valent. Les teintes chaudes de l’iPhone 14 pro mettent le sujet en valeur, le Pixel se rapproche un peu plus de la réalité pour sa part. Et sur cette photo, c’est vraiment flagrant. Ces deux clichés ont été capturés juste avant le coucher du soleil. Il y avait donc une lumière tirant sur le rose. Un rose qui devient orange sur l’iPhone.

Le Pixel a globalement mieux géré la montée en sensibilité. L’iPhone affiche un grain très présent dans les ombres, comme au niveau de l’oeil et du sourcil.

BILAN :

J’avoue que je m’attendais à un résultat assez différent. Dans mon comparatif entre l’iPhone 14 Plus et le Pixel 7, le téléphone d’Apple prenait clairement la tête sur les selfies, mais ce n’est pas le cas ici. Il faut croire que la puce A16 change finalement pas mal la donne dans le traitement des images. Ce qui est d’ailleurs assez logique puisqu’elle embarque un tout nouveau NPU.

Ici, donc, le Pixel 7 pro et l’iPhone 14 Pro sont plutôt au coude à coude.

Les photos en RAW

Le moment est venu d’aborder le dernier chapitre de ce comparatif. Et le moins évident. On va effectivement parler du RAW. Et ça ne va pas être simple. Apple et Google ont en effet des philosophies assez différentes. Le ProRAW d’Apple combine en effet le RAW et le traitement logiciel maison. Google, de son côté, préfère délivrer un RAW brut.

Forcément, la comparaison était assez difficile. J’ai bien pensé à changer l’espace de couleur des photos prises avec l’iPhone, mais du coup ça voulait dire passer à côté d’une spécificité propre à cet appareil. Et je préférais de toute façon éviter de retravailler les photos pour les juger sur pied.

Du coup, on va couper la poire en deux. On va commencer par juger les clichés bruts, et donc les photos qui sortent des deux téléphones. Mes observations reposeront sur l’analyse des images dans Lightroom. Ensuite, dans un second temps, on va se focaliser sur les images développées avec mes presets. Des presets appliqués chacun aux mêmes images.

Sur cette première scène shootée à l’ultra grand angle, on peut voir que l’iPhone affiche des teintes beaucoup plus chaudes. Le Pixel est plus neutre. L’image d’Apple est aussi un peu plus contrastée, mais le Pixel montre une meilleure dynamique. Il a réussi à récupérer plus de détails dans les ombres, notamment au niveau du pantalon.

Le piqué se vaut d’un appareil à l’autre. Il n’y a pas de différences flagrantes entre chaque écurie.

Après avoir appliqué un de mes presets, on voit que les images affichent un peu plus de différences. Cette fois, c’est le Pixel 7 qui remporte la palme au niveau des contrastes. Il a même eu la main un peu lourde. Le grain est aussi plus apparent, et on perd en plus des détails dans les ombres.

Ici, j’ai voulu mettre les téléphones en difficulté en shootant toujours avec l’ultra grand angle, mais en situation de contrejour. Et encore une fois, l’iPhone s’en est mieux sorti. La dynamique est meilleure. Le ciel reste visible, de même pour le soleil. Le premier plan est assez sombre, mais on peut tout de même voir les traces laissées par un tracteur. Le Pixel, de son côté, est complètement dans les choux. Il a choisi délibérément d’obscurcir la scène mais du coup on perd beaucoup en détail.

Et quand on s’arrête sur les détails, on constate que l’iPhone affiche clairement une image mieux détaillée. Les ombres sont aussi beaucoup moins bouchées.

Pour aider un peu le Pixel, j’ai appliqué un preset qui a tendance à éclaircir les blancs, quitte à flirter parfois avec la surexposition. C’est un preset que j’aime beaucoup et que j’utilise principalement pour mon compte Instagram, mais aussi pour les photos d’illustration de mes articles publiés sur Presse-citron.

Et l’effet est saisissant. La photo du Pixel 7 pro retrouve une exposition correcte et on récupère du même coup pas mal de détails, que ce soit au niveau de la pelouse ou même des arbres dans le fond. La zone entourant le soleil est en revanche toujours brûlée, mais il est possible de récupérer le coup en baissant les blancs et les hautes lumières.

Pour l’iPhone, la situation est plus compliquée. Avec le preset, l’exposition est moins bonne, mais les blancs ne sont pas brûlés. En revanche, quand on essaye d’éclaircir les ombres, le ciel crame très vite. Il faut donc prendre un peu plus de temps pour retravailler l’image, ce qui s’avère néanmoins payant au bout du compte.

Sur le grand angle, il n’y a pas vraiment de changement. L’iPhone est celui qui arrive à produire l’image la mieux exposée. Les nuances du ciel restent visibles, de même pour les ombres. Sur le Pixel 7, les noirs sont vraiment noirs et le ciel est complètement cramé. 

Pas de différences flagrantes en étudiant attentivement l’image. Le niveau de détails reste le même d’un appareil à l’autre.

Pour mettre en valeur la lumière, j’ai choisi d’appliquer un de mes presets qui fait ressortir les teintes jaunes. Et là, la situation s’est complètement inversée. La photo de l’iPhone s’est retrouvée sous-exposée. Le Pixel 7 Pro, lui, a réussi à récupérer pas mal de détails, mais avec un ciel toujours brûlé. Il a donc fallu que je rééquilibre les blancs et les noirs pour retrouver des expositions correctes.

Et cette fois encore, c’est l’iPhone qui s’en est le mieux sorti. Si j’ai réussi à éclaircir les ombres et à récupérer un peu plus de détails au niveau du premier plan, le ciel est resté détaillé. Sur le Pixel, je n’ai pas réussi à récupérer les informations dans les hautes lumières. En revanche, les noirs restent assez marqués, même en poussant les réglettes à fond vers la droite.

J’ai ensuite cherché la difficulté, toujours en plaçant les téléphones face à un contre-jour, avec une lumière particulièrement rasante. Et encore une fois, c’est l’iPhone qui s’en est le mieux sorti. La photo du téléphone d’Apple est clairement mieux exposée. Le Pixel, de son côté, a complètement perdu pied et on se retrouve avec une image très sombre et impossible à exploiter en l’état.

Toutefois, en zoomant, on constate aussi que c’est lui qui a récupéré le plus de détails au niveau de l’herbe. L’iPhone affiche un rendu beaucoup plus lissé.

Histoire de profiter de l’ambiance propre au lever du soleil, j’ai appliqué un preset qui renforce les teintes chaudes. Et devinez quoi ? La situation s’est totalement inversée. Le Pixel a récupéré une exposition correcte, tandis que l’iPhone s’est retrouvé avec une image totalement sous-exposée. Il a donc fallu une fois encore jouer des réglettes pour essayer de récupérer le plus de détails possible.

Et c’est là que les choses sont devenues assez intéressantes. Sur l’iPhone, j’ai pu redresser la barre et conserver pas mal de détails dans le ciel tout en éclaircissant un peu les ombres. Notamment celles au premier plan, la lisière de la forêt restant plongée dans le noir. Sur le Pixel, en revanche, je n’ai pas réussi à faire aussi bien. En cherchant à récupérer plus de détails dans le ciel, je me suis retrouvé avec toute une partie brûlée au niveau du soleil. Pire encore, il a fallu choisir entre avoir un soleil complètement blanc… et avoir un soleil moins blanc, mais entouré d’une disgracieuse aura violette.

Tout ce qui est valable pour l’ultra grand angle et le grand angle l’est aussi pour le zoom. L’iPhone est celui qui produit l’image la mieux exposée. Côté Pixel, on se retrouve avec une image blanchie et impossible à exploiter en l’état. 

L’iPhone a en revanche réussi à récupérer le plus de détails. La texture de la barrière est plus nuancée. Dans les deux cas, le flou est assez marqué et peu naturel. D’ailleurs, en allant loin dans l’image, on constate que cette partie bruite aussi pas mal. Notez cependant qu’il y avait peu de lumière au moment de la prise de vue. Ces photos ont en effet été prises de bon matin, et en forêt.

Pour développer cette photo, j’ai eu envie de lui donner un aspect un peu plus sombre. J’ai donc utilisé un de mes presets qui renforcent les teintes brunes tout en ajoutant pas mal de vignetage. La photo du Pixel 7 Pro a été comme transcendée, avec une exposition pile comme il fallait. Ca a été plus compliqué pour l’iPhone. Là, je me suis retrouvé avec une photo un peu trop sous-exposée et j’ai donc dû l’éclaircir manuellement.

Ca a fonctionné, mais pas aussi bien que je l’espérais. En montant l’exposition, je me suis très vite retrouvé avec des blancs brûlés au niveau de la barrière et il a donc fallu que j’y aille doucement.

BILAN :

Je vais être franc, je ne suis pas sûr de moi au niveau du process que j’ai appliqué ici.

Maintenant, j’ai quand même l’impression que l’iPhone est un peu au-dessus. Déjà, pour commencer, le traitement logiciel appliqué au ProRAW permet de générer une image bien exposée. On tâtonne moins. En revanche, dès qu’on commence à appliquer des presets, ça part un peu dans tous les sens. Et ici, ce sont donc les photos du Pixel qui sont les plus faciles à retravailler.

Sauf qu’après il y a le résultat final, et on a clairement une meilleure dynamique sur le ProRAW de l’iPhone 14 Pro. C’est indéniable. On a beaucoup plus de marge de manœuvre, et du même coup ça ouvre aussi le champ des possibles. Le Pixel a tendance à brûler très vite.

Autre point qui a son importance. En ProRAW, l’iPhone peut shooter au maximum de sa définition et donc en 48 millions de pixels. Ce qui est très pratique quand on veut recadrer ses images. Le Pixel, malheureusement, reste calé à 12,5 millions de pixels et il ne permet pas de shooter en 50 millions de pixels. J’espère sincèrement que Google corrigera le tir.

Où acheter l’iPhone 14 Pro au meilleur prix ?

L’iPhone 14 Pro et l’iPhone 14 Pro Max sont disponibles chez de nombreux revendeurs, mais voici les meilleures affaires du moment.

iPhone 14 Pro 128 Go au meilleur prixPrix de base : 1 329 €

Voir plus d’offres

iPhone 14 Pro Max 128 Go au meilleur prixPrix de base : 1 479 €

Voir plus d’offres

Où acheter le Pixel 7 Pro au meilleur prix ?

Le Pixel 7 Pro a retenu votre attention ? Voici les boutiques qui le proposent au meilleur prix.

Google Pixel 7 Pro 128 Go au meilleur prixPrix de base : 899 €

Voir plus d’offres

Alors, Pixel 7 Pro ou iPhone 14 Pro ?

Le moment est venu de conclure et ça ne va pas être simple.

Il faut le reconnaître, le Pixel 7 Pro et l’iPhone 14 Pro sont très bons. L’un comme l’autre, ils sont capables de sortir des images très piquées, même quand les conditions lumineuses deviennent compliquées. Après, ils n’ont pas la même philosophie. Le Pixel 7 Pro respecte mieux l’ambiance nocturne et il se rapproche davantage de la réalité. L’iPhone, lui, cherche clairement à produire des images plus flatteuses, quitte à trop en faire. Bon point en revanche, au niveau du zoom, le téléphone d’Apple a de quoi se défendre. Je m’attendais vraiment à ce qu’il soit dans les choux, mais ce n’est pas le cas et il arrive même à prendre le dessus sur son concurrent.

Et au final, c’est vraiment quand on shoote en RAW qu’on voit le plus de différences. Ici, il y a du bon et du moins bon de chaque côté. L’iPhone génère une image mieux exposée et il permet de shooter à pleine définition. Le Pixel se comporte mieux sur le développement et ses images sont plus faciles à manipuler.

Mais il faut aussi prendre en considération la différence de prix. Le Pixel 7 Pro est de loin le plus abordable et l’iPhone 14 Pro reste réservé à une clientèle fortunée. Et clairement, le rapport qualité / prix du téléphone de Google peut faire la différence.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *